La filière automobile française, ce sont 4000 entreprises, 400 000 emplois directs et indirects, 18 % du chiffre d’affaires de l’industrie manufacturière, avec 2,2 millions de véhicules produits en 2019. La France, qui était le deuxième pays producteur automobile en Europe jusqu’en 2011, se place aujourd’hui au cinquième rang des pays producteurs, soit 6,7 % de la production automobile en Europe en 2016, contre 13,7% en 2000.

    La filière, qui avait déjà perdu 120.000 emplois en France en quinze ans a été durement touchée par la crise sanitaire, avec l’arrêt des usines et la fermeture des concessions pendant le confinement.

    Pour soutenir le secteur, le président de la République a présenté en mai dernier un plan de plus de 8 milliards d’euros d’aides et d’investissements. Les exigences environnementales et de compétitivité, sur fonds de ralentissement de la croissance mondiale et de tensions commerciales, la volonté du « Made in France » et l’évolution de la demande, sont autant de défis que la filière devra relever avec de lourds investissements.

    Quels scenarii se profilent désormais à moyen terme pour l’industrie automobile ? Quelles perspectives du secteur en France ? Quelle stratégie pour une industrie plus compétitive ? Comment relocaliser la production, quand équipementiers et constructeurs sont aujourd’hui largement mondialisés ? Comment l’industrie automobile, en pleine mutation technologique, peut-elle rester en France l’une des plus performantes ?